puce litteratureLivres

La lutte des corps enchevêtrés

Yves di Manno

Yves di Manno

Discret directeur littéraire chez Flammarion, dont il parvient à maintenir en vie l’indispensable et passionnante collection Poésie, Yves di Manno construit sa propre œuvre poétique, depuis maintenant près de trente ans : discret, mais à la lecture de ses Champs, nous mesurons l’existence prise dans l’urgence, au tranchant des passions, là où les humains enracinent leurs errances terrestres, à coups de collisions sensorielles.

12 mars 2014

2014

Une jeunesse retrouvée à l’heure de la conformité maintream de l’être-jeune virtualisé. Une puissance rimbaldienne longtemps oublié dans notre propre rapport au monde. Quelque chose à voir avec les grands voyages urbains, dans l’esprit de l’insoumission créatrice des années 1970, encore aujourd’hui l’âge d’or regretté de la fureur de vivre. Au diapason des mouvements indomptables de l’âme, les poèmes présentés dans le recueil Champs témoignent de l’inquiétude d’être situé au monde, l’addiction gravitationnelle que provoque l’autre en sa seule émergence dans nos chemins de vie : envoûtant, déstabilisant, entêtant, l’autre qui surgit au-devant de soi et en nous-mêmes, nous confronte au vertige de la complexité de la seule situation corporelle, charnelle, physique, à la fois au milieu et au travers des scènes du monde.

Les Trois Champs, qui font l’ouverture du livre, ne sont pas intitulés au hasard : Heurts, Havres, Heures.

 

Je cherche et demande l’oubli.

(Qu’on ne cherche ni demande

 

Plus.) J’interroge la très-grande

Blessée. Il s’agit encore

 

Moins. Il s’agit de bien moins.

Et qui regarde (dans le hangar

 

Les ombres se sont allongées)

Et qui regarde n’a qu’un tort

 

– Y voir plus clair, y voir

Trop clair. J’interroge bien

 

D’autres blessées, au coin

De leurs maisons, qui tiennent

 

Des poupées brûlées dans leurs

Bras. Il me faut telle assurance

 

(Y voir, en savoir davantage)

Pour remuer le sable entre

 

Mes doigts. Il me faut plus

D’azur. Les toits veillent

 

Encore et les lanternes baissent.

Il n’y a plus qu’un corps

 

Derrière la vitre opaque.

Dans le hangar (on avance

 

Á tâtons) les gisants se sont

Tus. Il faut plus de courage.

 

J’en demande pardon. Il me faut

Plus d’azur.

(Pages 24 et 25.)

Même, derrière certains poèmes qui adoptent les formes classiques de notre vieille poésie française, le lecteur arrive à percevoir le conflit des espérances, des désirs, des angoisses et des extases qui parcourent le sang du poète

Même, derrière certains poèmes qui adoptent les formes classiques de notre vieille poésie française, le lecteur arrive à percevoir le conflit des espérances, des désirs, des angoisses et des extases qui parcourent le sang du poète, amené aux lisières des fêtes, des décombres, de l’oubli et des souvenirs, tel un témoin de l’universel, déchiqueté en haillons de nos vies éparses. Trimbalé à l’image d’un drapeau rassembleur qui porte ses couleurs au fronton du ciel, s’il fallait lui conférer une fonction essentielle, le poète s’établit bien ici à la confluence des voix contredites, restées muettes après les fulgurances du monde vécu : il en est l’étendard majestueux qui se suffit à délivrer sa voile au vent. Passé, présent, avenir, s’y mêlent, pour dessiner, minutieusement, les traits de la mémoire, de la sensation, du désir, cristallisés en matières brutes, au sein des paysages : Yves di Manno s’avère être un sculpteur consciencieux, de la place en laquelle résidera son œuvre, par ce pur savoir du double paysage réfracté, chez le spectateur ; le premier, étant le paysage extérieur, mis en branle par l’effusion des couleurs, et le second, intérieur, où aux différents âges de la vie les sentiments se révèrbent infiniment au sein des espaces traversés, porteurs et immobilisants, à la fois, de panoramas où l’on ne revisite que l’être que nous fûmes, l’être que nous espérions devenir, l’être qui se projette à chaque instant au-devant de lui-même.

(   L’Hôte   )

Parle, impaire, et double     –     si nombreux que nous somment

       La femme mélangée             à l’homme déserté –

Leurs formes échangées             brusquement dévastées

       Par le cri passager             révélant qui nous sommes –

 

Oubliant qu’au passé se conjugue l’instant

Que nous savons nommer – et l’heure ayant sonné

De la noce essentielle où se noient entraînés

Néant double ton corps – mon corps – ôtant d’autant

 

Les ombres sur les murs se détachant des toits :

Mais peu reconnaitront ce que toi seule vois –

La nuit, fidèle – citadelle, ma belle – où croît

 

Mon espoir que tu sois : il est mémoire en toi

D’un ciel infranchissable – et murmure d’une voix

Cherchant sans le savoir sa chute et ta paroi.

(Page 330.)

Les Champs d’Yves di Manno recèlent des aventures, des recherches, des études, des flâneries qui parcourent, en même temps, les libertés innovantes de la poésie contemporaine, en lui rendant hommage, au nom de toutes les libertés évanouies, dédaignées, à reconquérir. Première réforme : les mots – dits & écrits  – au bon endroit & au bon moment : – poème.

  • Yves di Manno, Champs (1975-1985), Flammarion, 345 p., 20 €., 12 mars 2014.
Imprimer cet article Imprimer cet article

Commentaires

Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097
Lire les articles précédents :
François Cheng (©Frederic MYSS/Opale)
Cinq méditations sur la mort

Cinq méditations sur la mort : autrement dit sur la vie. Que laisse présager un tel titre d'ouvrage du renommé François Cheng,...

Fermer