puce cinemaFilms

Western, expatriés à l’ouest

Considérée comme le off de la Compétition, Un Certain Regard est une section créée par Gilles Jacob au sein de la Sélection Officielle. Les films qui y figurent concourent également à un palmarès, dont Olli Mäki était sorti vainqueur l’an dernier. Prémices en douceur pour la réalisatrice allemande Valeska Grisebach avec Western qui, comme son nom ne l’indique pas, se déroule dans la Bulgarie rurale profonde. Uma Thurman et son Jury seront-ils sensibles à ce long métrage sans fard ?

Sans fard mais pas dénué de saveur, Western prend le parti de l’authenticité. Ce film très masculin, paradoxalement mis en scène par une femme, montre un groupe d’ouvriers allemands comme des poissons hors de l’eau sur le chantier bulgare qu’ils doivent mener à bien. Entre rivalités, barrière de la langue et incapacité à entrer en empathie avec les autres, ils vivent en vase clos dans leur campement aux airs de fort militaire. D’abord peu enclin à s’intégrer – la scène du drapeau noir, rouge et or est éloquente – l’un des travailleurs fissure, par petits pas timides, la bulle invisible qui l’isole de la population locale. Tendre la main aux villageois a toutefois un revers, le faire passer pour un traitre aux yeux de ses camarades d’exil.

Aucun nom connu au casting et des acteurs qui incarnent leur personnage avec un naturel saisissant : c’est toute la force de ce drame social et intimiste, à la fois réflexif et dépaysant. Décor clivant par définition, la frontière n’est pas celle que le pays partage avec l’Allemagne, mais celle qui sépare la Bulgarie d’un autre territoire voisin, la Grèce. On comprend ainsi que leurs hôtes sont dans un schéma identique, et que nombre de locaux sont partis travailler en Grèce. À travers un savant jeu de perspective et en faisant évoluer l’arc narratif de son héros vers une dynamique humaniste, la cinéaste traite de problématiques actuelles.

western

Cet homme simple, dont on ignore tout ou presque des années passées en Allemagne s’interroge sur la signification du mal du pays et nous questionne, dans le même temps, sur notre rapport à l’identité. Subtil et délicat, notamment dans les séquences où le cheval est présent, le film délivre un message d’ouverture sans artifice ni utopie. Pour autant, le scénario de celle qui a été consultante sur le scritp de Toni Erdmann peine à trouver son point final. On regrettera que cela ternisse l’itinéraire introspectif de la bande de quadragénaires déracinés, qui ont autant à découvrir sur leurs voisins frontaliers que sur eux-mêmes.

Western, de Valeska Grisebach. Un Certain Regard, aucune date de sortie prévue à ce jour.

Imprimer cet article Imprimer cet article

Commentaires

Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097
Lire les articles précédents :
wonderstruck cover
Wonderstruck, curiosité aux accents de méli-mélo

À Cannes, être programmé en début de festival n’est, selon la légende, pas propice à une place au palmarès. Après...

Fermer