puce cinemaFilms

Les Proies – Un Coppola en demi-teinte

Doux dans sa mise en scène et corrosif par son intrigue, Les Proies s’inscrit de plain-pied dans le « style Sofia Coppola » mais manque d’audace. Les aficionados de Virgin Suicides retrouveront avec délice les codes poudrés de l’héritière du Nouvel Hollywood, à travers les péripéties d’un groupe de nymphettes pas si angéliques qu’on ne le pense. Toutefois, en dépit de ses atouts coppoliens, d’un casting cinq étoiles et d’un pitch accrocheur, cette adaptation du roman de Thomas P. Cullinan reste timide, comme engoncé dans un corset trop ajusté.

Porté à l’écran il y a plus de 45 ans par Don Siegel, Les Proies est un livre à fort potentiel cinématographique. Dans le décor de la Virginie de 1864, l’auteur imagine un groupe de femmes vivant en quasi-autarcie dans un pensionnant, et qui vont recueillir un indésirable soldat unioniste blessé. Ayant pris connaissance de cette histoire en voyant la première version de Siegel, Sofia Coppola a choisi de revenir à l’essence du roman pour livrer sa mouture.

Beauté convenue

Sa dernière venue à Cannes portait déjà le sceau de l’adaptation, car la cinéaste a adapté The Bling Ring (2013) d’un article de Vanity Fair. Exit le ton pop de ce film et les anachronismes volontaires de Marie-Antoinette (la fameuse paire de Converse), ici le classicisme prime. Film d’époque dont les scènes intérieures éclairées à la bougie ne sont pas sans rappeler le Barry Lyndon de Kubrick, Les Proies est d’une beauté captivante. Contrat rempli, donc, pour l’aspect esthétique qui nous plonge dans cette histoire sur fond de guerre de Sécession, certes violente mais qu’on aurait aimé plus affirmée dans la subversion.

les proies

Au cœur de l’attention des amazones qui lui ont offert l’hospitalité – non sans conséquences – le Corporal McBurney (Colin Farrell), ne laisse aucune d’elles indifférentes. La montée en grade de la tension et du désir qui les anime tarde cependant trop pour que le nœud du récit entraîne le public vers un basculement significatif. Reste les jeux d’influence entre les personnages, présentés avec une belle intensité. L’ode à la nature, sous-jacente à la fresque mélodramatique, invite à quitter le huis-clos du pensionnat le temps de scènes au charme certain.

Bande de filles

Ce film choral au féminin permet à Nicole Kidman (quatre sélections cette année !) de donner la réplique à celui avec qui elle partage l’affiche de The Killing of a Sacred Deer, également en Compétition. Kirsten Dunst offre quant à elle une troisième déclinaison de ses prouesses de muse faussement naïve. Enfin, Elle Fanning poursuit ses incarnations d’adorables petites pestes après The Neon Demon et la somme de ces talents donne un beau cachet au long métrage. Les « proies » de Sofia Coppola, ses protagonistes, lui échappent mais l’atmosphère épurée et les dialogues souvent caustiques séduiront. Cette rêverie qui vire au cauchemar demeure néanmoins, à notre sens, en deçà d’une Palme pour Pedro Almodóvar malgré une distribution au féminin alléchante et la rivalité comme fil conducteur de l’hstoire.

Les Proies, de Sofia Coppola, avec Colin Farrell, Nicole Kidman, Kirsten Dunst et Elle Fanning.

En Compétition Officielle, sortie prévue le 23 août.

Imprimer cet article Imprimer cet article

Commentaires

Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097
Lire les articles précédents :
good time cover
Good Time – Film de genre électrisant

Robert PattinsonContrairement à ce qu’en disent ses détracteurs, le Festival de Cannes n’est pas l’apanage d’un cinéma élitiste, enfermé dans...

Fermer