© Richard Corman
puce artsExpositions

Basquiat à la fondation Louis Vuitton, l’esthète consumé

  © Richard Corman « Je n’écoute pas ce que disent les critiques d’art. Je ne connais personne qui ait besoin d’un critique pour savoir ce qu’est l’art. », dit Jean-Michel Basquiat. Trente ans après sa mort, la Fondation Louis Vuitton nous propose jusqu’au 14 janvier une rétrospective de l’un des plus grands peintres de la fin du siècle dernier.… Lire la suite

Notre manifeste

Zone Critique, c’est d’abord le pari des mots. C’est croire, bien croire, à l’heure du sacre de l’amusement, que le mot, dans sa formule littéraire, que le livre, par sa distance poétique, que le langage enfin, au travers de sa veine romanesque, résonne encore de toute sa pertinence, vibre encore de son pouvoir prophétique, et nous permet encore de sonder, réfléchir et toucher du doigt l’époque chamboulée que nous traversons. Zone Critique, c’est ensuite le pari de l’image. C’est penser, penser haut et fort, que par-delà le déversement quotidien et barbare de figures télévisuelles et publicitaires, subsiste, sous l’ombre vacillante de quelques cinéastes, par la matière soudainement transfigurée de quelques artistes, cette idée-là, vaine peut-être, mais si vivante, que la beauté naît du vertige de l’œil et de la nuance. Lire la suite

sibel_cover
puce cinemaFilms

Sibel – Le souffle de l’affirmation

Avec Sibel, on tient probablement le film le plus original du 40e Cinemed. Emmené par une héroïne qui ne parle pas, mais qui ne se retient jamais de siffler, ce portrait de femme aux accents de thriller fascine. Tourné dans un village turc où la langue sifflée est encore pratiquée, il délivre un message universel qui vaut tous les dialogues et montre qu’on n’a jamais tort de s’affirmer face à la meute.… Lire la suite
le-jour-ou-j-ai-perdu-mon-ombre
puce cinemaFilms

La Syrie en clair obscur

Loin du remake oriental de Peter Pan auquel son titre pourrait faire penser, Le Jour où j’ai perdu mon ombre met en lumière le quotidien des survivants d’une guerre qui n’en finit pas de détruire les villes et les âmes. N’ayant plus le recul nécessaire pour exercer son métier de documentariste, Soudade Kaadan s’éloigne de la réalité pour mieux la montrer, en réalisant son premier long métrage de fiction.… Lire la suite
TEL AVIV ON FIRE-(c) Samsa Film-TS Productions-Lama Films-Artémis Productions-Photographe Patricia Peribanez_low
puce cinemaFilms

Tel Aviv on Fire enflamme le Cinemed

« Une journée sans rire est une journée perdue », disait Charlie Chaplin. Pour son troisième long métrage, Sameh Zoabi applique le mantra du père de la comédie dramatique, en nous entraînant dans le tournage d’un soap en Cisjordanie. Apanage des JT, ce territoire qui concentre les tensions israélo-palestiniennes sert de décor au méta-film Tel Aviv on Fire, en compétition au 40e Cinemed de Montpellier.… Lire la suite
Mireille Havet, photo de passeport, 1931.
puce litteratureLivres

Mireille Havet : Les années folles

Mireille Havet, photo de passeport, 1931. « Je suis comme ces oiseaux qui n’aiment que leur plein vol, la forêt étendue à l’ombre de leurs ailes, et les cris de leurs pareils perdus sur les lacs, dans le crépuscule jaune où ils tournoient tout seuls en proie à la nuit, aux astres, et à l’espace ».… Lire la suite
Isabelle Andréani dans l'adaptation de "Un coeur simple" au théâtre de Poche-Montparnasse
puce theatreSpectacles

La simplicité comme mot d’ordre

(© Poche-Montparnasse)   La prose mélodique et pittoresque de Flaubert est à entendre et à voir sur les planches du théâtre de Poche-Montparnasse avec la brillante mise en scène d’Un Cœur simple, par Xavier Lemaire, avec Isabelle Andréani. Paru en 1877, dans le recueil Trois Contes, Un Cœur simple est peut-être le texte le plus bouleversant de Flaubert.… Lire la suite
gp359-the-agony-in-the-car-park-2012-detail-c
puce artsExpositions

Grayson Perry : l’il d’elle

Grayson Perry, exposé au Musée de la Monnaie de Paris, joue dans ses oeuvres avec sa propre identité, qui devient partie intégrante de son art. Les références autobiographiques (enfance de l’artiste, sa famille, son alter ego Claire) nourrissent en effet les questions qu’il soulève sur l’être et le paraître, mais également sa réflexion politique et sociale, qui rejoint celle sur le genre et le statut de l’artiste.… Lire la suite
Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097