090118-000-A_2750479
puce cinemaFilms

Les Misérables : À n’y plus rien voir

Quoiqu’en dise le titre, l’œuvre adaptée par Les Misérables de Ladj Ly n’est pas le roman hugolien. Ce premier long-métrage de fiction reprend et déploie un court film du même nom réalisé par Ly en 2017. Si l’emprunt du nom Les Misérables nous incite à voir des Javert et Gavroche dans les figures principales du policier abusif et du voyou juvénile, si le terrain de jeu des uns et le territoire surveillé par les autres s’ancre à Montfermeil – où se déroule une partie conséquente de l’action du roman – , le film de Ly est moins la transposition d’un livre que le point de culminance d’une trajectoire cinématographique, initiée en 2005 avec le filmage d’émeutes qui embrasèrent, entre autres communes, Clichy et Montfermeil.… Lire la suite

Notre manifeste

Zone Critique, c’est d’abord le pari des mots. C’est croire, bien croire, à l’heure du sacre de l’amusement, que le mot, dans sa formule littéraire, que le livre, par sa distance poétique, que le langage enfin, au travers de sa veine romanesque, résonne encore de toute sa pertinence, vibre encore de son pouvoir prophétique, et nous permet encore de sonder, réfléchir et toucher du doigt l’époque chamboulée que nous traversons. Zone Critique, c’est ensuite le pari de l’image. C’est penser, penser haut et fort, que par-delà le déversement quotidien et barbare de figures télévisuelles et publicitaires, subsiste, sous l’ombre vacillante de quelques cinéastes, par la matière soudainement transfigurée de quelques artistes, cette idée-là, vaine peut-être, mais si vivante, que la beauté naît du vertige de l’œil et de la nuance. Lire la suite

Raymond Depardon - Glasgow, Écosse, 1980 - 34 x 51 cm - © Raymond Depardon / Magnum Photos

Autoportrait en couleur

Raymond Depardon Glasgow, Écosse, 1980 © Raymond Depardon / Magnum Photos L’exposition qui se tient en ce moment au Grand Palais retrace le parcours de la couleur dans l’oeuvre de Raymond Depardon. D’abord présente dans ses première photographies, on la retrouve ensuite au fil des reportages et des voyages, jusqu’à sa réapparition dans son travail des années 2000.… Lire la suite
train gelé

Glaciale lutte des classes

S’inspirant d’une bande-dessinée des années quatre-vingts, Bong Joon-ho dépeint de manière esthétique une lutte des classes sur rail, bien loin d’un futur idéal égalitaire. Le premier tome du Transperceneige, publié en 1984. Dans son arche, Noë avait-il hiérarchisé les animaux ?… Lire la suite
00003204_normal

«L’ennui naquit un jour de l’uniformité»

L’écrivain, éditeur et érudit Éric Poindron C’est à Paris, sur le lieu de « L’atelier des mots, des pas et des curiosités » qu’Éric Poindron – organisateur de ces soirées littéraires et artistiques – a accepté de répondre à nos questions.… Lire la suite
Pierre Jourde
puce litteratureLivres

La première pierre

Pierre Jourde (crédit photo : Jean-Baptiste Millot) Deux ans après la parution de Pays Perdu (L’Esprit des Péninsules, 2003 ; Pocket, 2004), où il fait l’éloge du village d’Auvergne de son enfance, Pierre Jourde manque d’être lynché avec sa famille par des habitants du village, s’estimant calomniés par l’ouvrage.… Lire la suite
Maurice Ronet dans Le feu follet de Louis Malle

Le mystère Ronet

Maurice Ronet dans Le feu follet de Louis Malle (1963) Deux beaux essais biographiques sur Maurice Ronet viennent simultanément de paraître, jetant un éclairage sur le “mystère Ronet”, cet acteur inclassable et mythique, ce “splendide désenchanté” mort prématurément à l’âge 56 ans, en 1983.  … Lire la suite
visuels_home

Où est la volupté, où est le désir ?

Musée Jacquemart-André L’exposition Désirs et Volupté à l’époque victorienne se tient en ce moment et jusqu’au 20 janvier prochain au Musée Jacquemart-André. Mais, précisément, où est la volupté, et où est le désir ?  Juan Antonio Pérez Simon est un collectionneur passionné.… Lire la suite
Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097