090118-000-A_2750479
puce cinemaFilms

Les Misérables : À n’y plus rien voir

Quoiqu’en dise le titre, l’œuvre adaptée par Les Misérables de Ladj Ly n’est pas le roman hugolien. Ce premier long-métrage de fiction reprend et déploie un court film du même nom réalisé par Ly en 2017. Si l’emprunt du nom Les Misérables nous incite à voir des Javert et Gavroche dans les figures principales du policier abusif et du voyou juvénile, si le terrain de jeu des uns et le territoire surveillé par les autres s’ancre à Montfermeil – où se déroule une partie conséquente de l’action du roman – , le film de Ly est moins la transposition d’un livre que le point de culminance d’une trajectoire cinématographique, initiée en 2005 avec le filmage d’émeutes qui embrasèrent, entre autres communes, Clichy et Montfermeil.… Lire la suite

Notre manifeste

Zone Critique, c’est d’abord le pari des mots. C’est croire, bien croire, à l’heure du sacre de l’amusement, que le mot, dans sa formule littéraire, que le livre, par sa distance poétique, que le langage enfin, au travers de sa veine romanesque, résonne encore de toute sa pertinence, vibre encore de son pouvoir prophétique, et nous permet encore de sonder, réfléchir et toucher du doigt l’époque chamboulée que nous traversons. Zone Critique, c’est ensuite le pari de l’image. C’est penser, penser haut et fort, que par-delà le déversement quotidien et barbare de figures télévisuelles et publicitaires, subsiste, sous l’ombre vacillante de quelques cinéastes, par la matière soudainement transfigurée de quelques artistes, cette idée-là, vaine peut-être, mais si vivante, que la beauté naît du vertige de l’œil et de la nuance. Lire la suite

puce litteratureLivres

Anges batailleurs : Les écrivains gay en Amérique

Christopher Bram Nouvel article en provenance de notre partenaire, le magazine La cause littéraire. Retour aujourd’hui sur le livre de Christopher Bram, Anges batailleurs : Les écrivains gay en Amérique, de Tennessee Williams à Armistead Maupin. La rédaction de l’histoire littéraire d’une nation, comme celle de l’écrivain américain Christopher Bram, ambitionne d’être avant tout un exercice de contextualisation et, par voie de conséquence, ne participe pas uniquement d’une volonté de « représenter, à travers l’histoire des produits de sa littérature, l’essence d’une entité nationale en quête d’elle-même » (1), pour reprendre les termes du philosophe allemand Hans Robert Jauss.… Lire la suite
Mathieu Amalric et BenicioDelToro
puce cinemaFilms

L’insaisissable Jimmy P.

Mathieu Amalric et Benicio Del Toro Un film sans histoire ou plutôt, un film aux mille histoires… Jimmy P., Psychothérapie d’un Indien des Plaines d’Arnaud Desplechin et avec Mathieu Amalric et Benicio Del Toro, est un film déstabilisant. 11 septembre 2013 Alliant subtilement la Grande histoire à la petite histoire, Arnaud Desplechin nous plonge au cœur de la relation entre un indien malade, Jimmy Picard, et un psychiatre anthropologue, Georges Devereux.… Lire la suite
crédit photo: Dorothy Shoes

L’abandon du mâle en milieu hostile

crédit photo: Dorothy Shoes Retour sur le très beau roman L’abandon du mâle en milieu hostile d’Erwan Larher, déclaration d’amour sur 220 pages, et tableau de la France des années 80 en pleine mutation. Dijon, classe de terminale, automne 1977. Début d’un amour, début d’une histoire.… Lire la suite

Pourquoi donc Albert Camus?

Albert Camus Retour aujourd’hui sur le joli roman d’Emmanuel Ruben, Kaddish pour un orphelin célèbre et un matelot inconnu qui met en scène  Albert Camus et le grand père du narrateur. Mais pourquoi, justement, Albert Camus ? 26 septembre 2013 L’ « orphelin célèbre » et le « matelot inconnu » meurent tous deux en 1957.… Lire la suite
© Le photoblog de Renaud Monfourny

La vie critique d’Arnaud Viviant

© Le photoblog de Renaud Monfourny Nouvel article en provenance de notre partenaire La Cause Littéraire. Retour aujourd’hui sur le très beau roman La vie critique d’Arnaud Viviant, ou “un an de la vie à nu d’un professionnel de la littérature, désespéré ou exalté, impitoyable ou passionné, chevalier blanc ou cruel”.… Lire la suite
L'oiseau noir et l'oiseau blanc, Braque

Braque, la consécration d’un homme de l’ombre

L’oiseau noir et l’oiseau blanc, Braque Du 16 Septembre au 6 Janvier, le Grand Palais héberge l’œuvre d’une vie, celle de Braque. Cette rétrospective sera ensuite présentée au Museum of Fine Arts de Houston. L’artiste défunt, ne s’était pas vu ainsi consacré depuis l’exposition du Musée de l’Orangerie en 1974.… Lire la suite
Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097