090118-000-A_2750479
puce cinemaFilms

Les Misérables : À n’y plus rien voir

Quoiqu’en dise le titre, l’œuvre adaptée par Les Misérables de Ladj Ly n’est pas le roman hugolien. Ce premier long-métrage de fiction reprend et déploie un court film du même nom réalisé par Ly en 2017. Si l’emprunt du nom Les Misérables nous incite à voir des Javert et Gavroche dans les figures principales du policier abusif et du voyou juvénile, si le terrain de jeu des uns et le territoire surveillé par les autres s’ancre à Montfermeil – où se déroule une partie conséquente de l’action du roman – , le film de Ly est moins la transposition d’un livre que le point de culminance d’une trajectoire cinématographique, initiée en 2005 avec le filmage d’émeutes qui embrasèrent, entre autres communes, Clichy et Montfermeil.… Lire la suite

Notre manifeste

Zone Critique, c’est d’abord le pari des mots. C’est croire, bien croire, à l’heure du sacre de l’amusement, que le mot, dans sa formule littéraire, que le livre, par sa distance poétique, que le langage enfin, au travers de sa veine romanesque, résonne encore de toute sa pertinence, vibre encore de son pouvoir prophétique, et nous permet encore de sonder, réfléchir et toucher du doigt l’époque chamboulée que nous traversons. Zone Critique, c’est ensuite le pari de l’image. C’est penser, penser haut et fort, que par-delà le déversement quotidien et barbare de figures télévisuelles et publicitaires, subsiste, sous l’ombre vacillante de quelques cinéastes, par la matière soudainement transfigurée de quelques artistes, cette idée-là, vaine peut-être, mais si vivante, que la beauté naît du vertige de l’œil et de la nuance. Lire la suite

70118309_2507816836113423_4373588244311310336_n
puce litteratureLivres

Philippe Forest en scène

Philippe Forest, avec son dernier roman, sort du genre « autofiction » auquel il nous avait habitués. Je reste roi de mes chagrins est le plus « formaliste » de ses livres, puisque, « faux roman », il se présente sous la forme d’une (fausse) pièce de théâtre avec « genèse », « prologue », « chœurs », « intermèdes », « épilogue », etc.… Lire la suite
received_2353636928287332
puce litteratureEntretiens

« Le fantastique ou la face obscure des choses » : entretien avec Yves et Ada Rémy

Les duos d’écrivains ne sont pas si nombreux en littérature : les frères Grimm, les Goncourt, les Tharaud, les Rosny ou bien encore Erckmann et Chatrian, Boileau et Narcéjac etc; sont quelques exemples, auxquels sont venus s’ajouter Yves et Ada Rémy, cas peu fréquent (peut-être le seul ?) de couple à la ville comme en littérature. … Lire la suite
Michel Le Bris. © Sophie Bassouls
puce litteratureLivres

Pour l’amour des livres

Michel Le Bris. © Sophie Bassouls Alors que le festival Etonnants Voyageurs (08-10 juin 2019) vient de s’achever, avec entre autres comme thèmes phares : « les pouvoirs de la littérature » et « mondes imaginaires », son directeur Michel Le Bris nous gratifie d’un éloge de la littérature qui fait écho aux diverses préoccupations qui ont traversé son œuvre foisonnante.… Lire la suite
Philip Roth (2)
puce litteratureLivres

Philip Roth : Sa vie d’homme

Toute la semaine, Zone Critique vous propose de revenir sur la vie et l’oeuvre de l’écrivain américain Philip Roth, décédé il y a un an. Romancier aussi décrié qu’admiré, l’auteur de La tache et de Professeur de désir, né à Newark dans le New Jersey, s’est distingué par la puissance de son oeuvre, son talent d’ironiste, son réalisme rigoureux, son sens du détail, et sa peinture sans concession d’une Amérique pleine de failles et de tabous. … Lire la suite
(Crédit photo : Franck Lussato)
puce litteratureEntretiens

Philip Roth : corps ou créateur ?

  (Crédit photo : Franck Lussato) Toute cette semaine, Zone Critique vous propose de revenir sur l’oeuvre de l’écrivain américain Philip Roth, décédé il y a un an. De Portnoy et son complexe à La tache, en passant par Professeur de désir et Patorale Américaine, Philip Roth laisse une oeuvre romanesque ample, riche et variée. … Lire la suite
740639
puce litteratureLivres

Juan Asensio ou les grands fonds du langage

  À l’image du mythique village gaulois d’Astérix, la critique littéraire, sous le patronage de Juan Asensio, continue encore et toujours de résister à l’envahisseur. Mais de quel envahisseur parle-t-on au juste ? La lecture attentive du dernier livre de Juan Asensio, Le temps des livres est passé, répond à cette question page après page, article après article, jusqu’à ce que le lecteur n’ait plus aucun doute sur la solution de l’énigme : nous sommes envahis par le langage instrumental de la technique et il est urgent de le démanteler en réinvestissant les grandes œuvres littéraires du patrimoine mondial.… Lire la suite
Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097