Visions crues et art nu

Jusqu'au 15 janvier 2015

Jusqu’au 15 janvier 2015

A Dali qui veut jouer la folie, répondent des gens qui ne jouent pas. La maison rouge fait entendre leur voix. L’exceptionnelle collection d’art brut de Bruno Decharme donne à voir les éblouissantes figures de ces artistes en dehors de notre système. Pour l’occasion, Perrine Le Querrec restitue le choc esthétique de cette exposition hors-norme.

 

Edmond Monsiel

Edmond Monsiel

Des visages

Quantités

il y en a des quantités

des visages

du trou dans les têtes

énorme évidement

évident

invasion du vide

il vuoto vuoto

on s’entretue à profusion

Des visages ébauchés à vous de trouver

Des visages qui ne finissent pas des visages qui n’en sont pas. Creux ouverts troués rapiécés. Des visages basculés piétinés attaqués

Se répètent se répètent se répètent

Se chevauchent s’accidentent se disparaissent

Des visages imbriqués des briques

Plus ou plus

Plus ou moins

Moins ou plus

–         Humains

Des chutes de visages des rassemblements des sabbats des cérémonies des égarements

Des égarés

Des copulations tissées de rouges saignées de traits criées de hachures couvertes de mots enfoncées de silence parties plus loin

Des yeux à hélices des yeux fixes des yeux crocs  cyclopes désorbités désorientés d’outre-mondes

Des yeux ambulants

Des personnalités ambulantes

Bouffies de santé

Par souffrir ils commencent par souffrir ils finissent par souffrir ne s’arrêtent jamais de frapper leur visage de crever leurs yeux d’écarquiller leur visage de griffer leurs yeux

Au travers du trou du soleil  ne cessent de regarder

Connaissent

Les nuances

Partir de la tête et descendre la forme.

Perrine Le Querrec

Imprimer cet article Imprimer cet article

Commentaires

Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097
Lire les articles précédents :
Aurélien Delsaux
Péril en la poubelle

Le poème Une charogne, de Baudelaire, célébrait déjà à l’ère du romantisme le Beau par l’expression et la description du...

Fermer