puce litteratureLivres

Vincent La Soudière : Lettres et Néant

caspar-david-friedrich-rivages-avec-la-lune-cachc3a9e-par-des-nuages-1836Écrivain posthume, Vincent La Soudière laisse derrière lui une oeuvre fragmentaire et intense. Grâce au travail remarquable de Sylvia Massias, sa correspondance vient d’être éditée en trois volumes aux Editions du Cerf. Il y consigne ses lectures, l’état de son corps, ses angoisses, les questionnements spirituels qui le traversent, mais aussi la manière dont il se définit à travers l’écriture. Cette somme de lettres permet de dessiner le portrait d’un écrivain habité par les ténèbres et la lumière.

« Ce que je sais et ce que j’éprouve, c’est combien la voie de l’écriture m’écrase et me transporte à la fois ». 

9782204086776Qui connaît Vincent La Soudière ? Son nom ne figure dans aucune histoire littéraire, il est ignoré des bibliographies, et n’a publié qu’un seul recueil de poèmes de son vivant. Personnage au destin fragile, Vincent La Soudière est issu de l’aristocratie désargentée. Sa nature maladive le contraint à interrompre ses études de philosophie et de lettres à la Sorbonne. Il décide alors de séjourner dans un monastère afin de se consacrer à sa vie spirituelle. En 1964, alors qu’il est en cure au monastère cistercien de l’île de Lérins, il rencontre Didier, qui deviendra son confident et son correspondant privilégié pendant près de trente ans.  En 1978, avec le concours d’Henri Michaux, il fait publier ses Chroniques antérieures chez Fata Morgana. En 1993, après des années de lutte intérieure, Vincent La Soudière se jette dans la Seine. Seule consolation : sa correspondance a été publiée à titre posthume par les éditions du Cerf, grâce au travail remarquable de Sylvia Massias. Cette somme considérable de lettres, éditée en trois tomes, permet de dessiner le cheminement spirituel d’un écrivain en quête de rédemption, mais semble également retracer l’histoire d’un drame, celui d’un homme qui cherche en l’écriture une parole guérisseuse sans parvenir à la trouver. Ses écrits ressassent sans relâche la question de l’identité et de ses mirages afin d’accéder à une hypothétique vérité de l’être.

Une poétique des gouffres

Celui qui voulait « explorer des abîmes inconnus avec des yeux étincelants » se livre à une cartographie du désespoir, à une description lente et méthodique de son effondrement intérieur et de son corps à la déroute. Tous les échanges de Vincent La Soudière semblent être habités par le sentiment de déchéance. Il se tient au seuil de la vie, à la lisière du monde dans un état limite depuis lequel il espère atteindre une épiphanie littéraire. L’enjeu est donc de taille : Vincent La Soudière se refuse à écrire des textes qui ne seraient que de simples « comptes-rendus psychographiques » de sa douleur mais cherche à « se transvaser dans une œuvre esthétique ». La quête de soi se retrouve inextricablement liée à la création littéraire. Et c’est exactement cette entreprise qui sous-tend l’écriture de ses Chroniques antérieures, seul recueil de poèmes publié de son vivant :

A la jointure des pierres, entre l’ombre et la poussière, en tous lieux de coincement où craque mon squelette et pourrit ma mémoire ; c’est là que je me tiens, indélogeable, indéfectible. Désormais, je ne suis plus rien dont tu puisses faire ta pâture. Je n’arrive plus nulle part. Je marche sur les yeux crevés de ma pensée. Éclat d’obus volant dans la nuit noire. [2]

Vincent La Soudière se tient au seuil de la vie, à la lisière du monde dans un état limite depuis lequel il espère atteindre une épiphanie littéraire

Ce mince volume semble être la forme verbalisée de ses souffrances. Au-delà d’une retranscription de sa douleur, Vincent La Soudière traduit son expérience intérieure dans un langage personnel.  Pourtant, ce recueil de poème d’une beauté déchirante est loin de satisfaire son auteur. S’il écrit pour se saisir lui-même et pour se libérer d’images obsédantes, cette introspection provoque une scission qu’il n’arrive pas à résoudre, entre un « moi » qui souffre et un « moi » qui met en mots cette souffrance.  « Mon écriture reste jointe à mon trouble, refuse de le quitter, y prend source et vie. Je ne peux la pratiquer que si elle est une émanation vitale, une expression aussi directe, aussi organique que possible de mon expérience intime »[3] . Aussi, l’écriture possède un statut ambivalent : instrument de damnation et de rédemption, elle l’entraîne vers les gouffres tout en lui faisant miroiter la lumière du Salut.

L’expiation et la rédemption

9782204108102-564dd87536d07Pour exorciser ce drame qui se joue dans les profondeurs, Vincent La Soudière fait appel à la foi. Ainsi, sa correspondance n’est pas seulement le laboratoire de son écriture mais permet également de retracer son itinéraire spirituel. S’il a été élevé dans la foi catholique, il s’en détourne et choisit de suivre une psychanalyse dont il est possible de mesurer les effets ambivalents à l’aune de ses lettres. Son écriture s’oriente vers l’introspection, comme s’il cherchait à ausculter son âme en portant un regard intérieur à la moindre de ses actions.  Le premier volume de ses Lettres à Didier montre l’influence de son analyse sur ses écrits, même si celle-ci n’ira pas jusqu’à son terme. Suite à l’ordination de Didier, l’inclinaison spirituelle de Vincent La Soudière se révèle. En 1974, il se convertit de nouveau au catholicisme et cette embrasement influe de manière déterminante ses textes et sa relation à l’écriture. Il espère que la foi pourra lui permettre de vivifier sa manière d’écrire et d’explorer de nouveaux horizons littéraires. Mais au-delà de ce simple rôle d’adjuvant, il semble que Vincent La Soudière lie de manière indissociable l’écriture et la foi : « Et me mettre dans la tête et en vivre que la pratique de l’écriture, pour moi, ne se situe pas en dehors de la vie chrétienne – comme une voie de concession, voire de perdition. Accepter le Christ et l’écriture n’est pas encore chose aisée »[4]. Ecrire devient donc également un moyen de s’accomplir dans sa vie religieuse, de réaliser les potentialités de son être et d’espérer la rédemption. Or si cette nouvelle disposition spirituelle a pu conforter Vincent La Soudière pendant quelques temps, ce dernier est de nouveau confronter à l’abîme à partir du moment où il n’arrive plus à écrire. L’angoisse de la page blanche se relie à une sécheresse spirituelle dont il se sent en partie responsable. Vincent La Soudière a l’impression d’être habité par des forces contraires :

Dans mon désarroi, je veux y voir clair – au moins tenter de cerner la force hostile qui – avec mon concours, certes – s’oppose en forcenée à ce que j’accomplisse la volonté de Dieu, c’est-à-dire écrive, produise des textes ; en d’autres termes, il faut que j’arrive à identifier le démon qui maintient en moi cette fascination du gouffre.” [5]

Cet état semble correspondre aux angoisses auxquelles était déjà confronté Kafka. L’écrivain moderne n’a plus de daimon, de muse créatrice, mais doit composer avec un démon intérieur.

Les ténèbres du shéol

Cette crise, aussi bien spirituelle qu’intellectuelle, place Vincent La Soudière dans un état de lutte constant. Touché par l’acédie, il songe à renoncer à écrire, et par là même, à vivre :

Pour vivre – pour écrire –, il faut avoir au moins un point de vue qui soit hors du malheur ; un rocher au-dessus des flots noirs. Archimède ne demandait pas plus : un point d’appui pour soulever le monde. Même Kafka – cet homme de l’échec et du désastre possédait ce point de vue sauvé du malheur : la littérature. Il croyait à la littérature ; au pouvoir, au salut de la littérature. Je n’ai point cette assurance. Ce point de vue m’a été retiré. Et il n’y a aucune force volontaire qui puisse me le rendre [6]

Sa saisissante lucidité sur son état offre le témoignage rare d’un auteur prêt à mourir pour faire œuvre.

Si certaines accalmies viennent apaiser son désespoir intérieur, rien ne semble encore le retenir à la vie, si ce n’est l’envie inextinguible de faire œuvre. Ainsi, après plus de dix ans de crise, l’écriture revient par houles accompagnée d’une nouvelle sorte de vie spirituelle. Il se consacre désormais à la rédaction d’aphorismes[7] dont la concision et la densité paraissent épouser les inclinaisons de son âme. Pourtant, alors même que Vincent La Soudière semblait renouer doucement avec la vie, ses tourments l’emportent définitivement en mai 1993.

Son œuvre montre à quel point le corps du texte peut se faire au détriment du corps de l’écrivain. Si Vincent La Soudière n’a pas réussi à vaincre son néant en écrivant, la grâce de son écriture transfigure son mal-être. Si les citations choisies peuvent donner l’impression d’avoir à faire à un énième poète maudit, il semble que Vincent La Soudière ne se limite pas à cette posture. Sa saisissante lucidité sur son état offre le témoignage rare d’un auteur prêt à mourir pour faire œuvre.

Bibliographie indicative :

  • Chroniques Antérieures, Fata Morgana, 1978, Paris.
  • Lettres à Didier I (1964-1974), Le Cerf, 2010, Paris.
  • Lettres à Didier II (1975-1980), Le Cerf, 2012, Paris.
  • Lettres à Didier III ((1981-1993), Le Cerf, 2015, Paris.

 

[1] La Soudière (Vincent), Lettres à Didier I (1964-1974), p.333, Editions du Cerf, 2010, Paris.

[2] La Soudière (Vincent), Chroniques antérieures, Fata Morgana, 1978.

[3] La Soudière (Vincent) Lettres à Didier I, Le Cerf, 2010.

[4] La Soudière (Vincent) Lettres à Didier II, Le Cerf, 2012.

[5] La Soudière (Vincent) Lettres à Didier II, Le Cerf, 2012.

[6] La Soudière (Vincent) Lettres à Didier III, Le Cerf, 2015.

[7] Un recueil de ces aphorismes a été publié à titre posthume par Sylvia Massias : Brisants, Arfuyen 2003.

Imprimer cet article Imprimer cet article

Commentaires

Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097
Lire les articles précédents :
Carol magasin OK
Hypnotisante Carol

Avec Carol, histoire d'amour entre deux femmes américaines au début des années cinquante, Todd Haynes signe un film hypnotisant porté...

Fermer