puce cinemaFilms

Une fresque mésestimée

La Porte du Paradis cover

En sept longs métrages, réalisés sur une période de quarante ans, Michael Cimino a tenté de livrer sa vision de l’Amérique. Si celle-ci s’est longtemps détournée du miroir tendu, critiques et cinéphiles s’accordent aujourd’hui à dire que le cinéaste a magistralement dépeint cette terre de contradictions avec La Porte du Paradis (1980). Consacré aux migrants de la fin du XIXe siècle, spoliés par des Américains eux-mêmes issus d’une vague migratoire pas si lointaine, La Porte du Paradis a des échos contemporains. Moderne grâce à sa mise en scène grandiose et au jeu tout en nuances du trio qu’incarnent Kris Kristofferson, Christopher Walken et Isabelle Huppert, ce drame inspiré de faits réels se redécouvre dans la version restaurée que Cimino avait signée peu avant de tirer sa révérence.

220px-Heavens_gate_postOscarisé pour Voyage au bout de l’Enfer moins d’un mois avant d’entamer le tournage de ce qui devait être « le plus grand western jamais réalisé » (The American Cinematographer), Michael Cimino aurait dû voir les portes du paradis hollywoodien s’ouvrir à lui. Le désaveu de la presse et la faillite de la United Artist auront pourtant raison du succès du long métrage, qui allait d’emblée rejoindre les rangs des films maudits. Outsider irrévérencieux d’un Nouvel Hollywood où le divertissement supplante le message politique, Michael Cimino pratique un cinéma qui n’épargne pas le mythe américain. Chez lui, les personnages sont ambivalents, la violence est brutale et le sous-texte dénonciateur.

D’une guerre à l’autre

S’il est tentant de rapprocher Cimino de Kubrick, Visconti, ou John Ford, c’est Sergio Leone qui a le plus de points communs avec lui : un goût pour le western revisité, des origines italiennes, des chefs-d’œuvre que les studios ont failli avorter. Surtout, les deux hommes ont fait de Clint Eastwood leur anti-héros. Leone le révèle dans le diptyque Pour une poignée de dollars, puis Michael Cimino lui confie le rôle-titre du Canardeur (1974). Après le brûlot sur le conflit vietnamien qu’il met en scène avec Voyage au bout de l’Enfer, c’est donc à une guerre intérieure que le réalisateur s’attèle, celle survenue dans le comté de Johnson, Wyoming, en 1890 et qui conduisit à l’exécution de plus d’une centaine de migrants.

« Ce que l’on aime dans la vie ce sont les choses vouées à disparaître » (James Averill, alias Kris Kristofferson)

Dans le viseur de la caméra de Cimino, cet épisode méconnu de l’histoire américaine offre une base dramatique en tous points déchirante. La force de ce cinéaste humaniste est de faire s’entremêler la grande histoire et la petite, avec une intrigue amoureuse qui accompagne le récit. Au-delà des westerns qui ont souvent montré la pugnacité des hommes de cette époque, La Porte du Paradis rappelle que l’Ouest américain était également sans pitié pour les cœurs esseulés. Dans son premier rôle international, la jeune Isabelle Huppert livre une prestation pleine d’allant, qui apporte un éclairage sur le rôle des femmes à cette période trouble. Le triangle amoureux qui se dessine ainsi autour de son personnage de fille de joie, du Shérif James Averill et du mercenaire Nathan devient moteur de l’action, et réserve plusieurs scènes d’une grâce intemporelle. Impossible de ne pas être ému devant la valse tendre que partagent Ella et James dans le hangar qui porte le fameux sceau Heaven’s Gate.

Le style Cimino

Il aura fallu attendre 33 ans après la sortie initiale du film pour que la version restaurée lui rende ses lettres de noblesse. 33 ans, c’est aussi la durée sur laquelle s’étend le récit, de 1870 à 1903. Décliné des années d’étudiant d’Harvard d’Averill, à son mariage conventionnel, le scénario est ancré dans un passé historique qui a moins d’un siècle quand Michael Cimino choisit de le restituer sous l’angle de la fiction. Travaillant jusqu’à 20h par jour, le cinéaste impose un rythme de tournage effréné à ses équipes. Avec 400 techniciens et artisans, 1200 figurants mobilisés, des lieux extérieurs situés à plusieurs heures de voiture, six semaines de préparations et un tournage à rallonge, le budget faramineux du film a fait sa légende.

Concentrant toute l’audace stylistique de son auteur, La Porte du Paradis doit beaucoup à l’esthétisme aux tons sépia que lui procure Vilmos Zsigmond, directeur de la photographie dont le talent a été condensé dans l’excellent documentaire Close Encounters With Vilmos Zsigmond. Seul contre tous ou presque, Michael Cimino a pu compter sur le soutien de ce brillant chef opérateur pour magnifier les décors naturalistes qui servent de toile de fond au drame qui se joue. « Au bout de six mois de tournage, Vilmos semble avoir perdu dix kilos », indique le reporter dépêché sur place à l’initiative de Cimino. Ce dernier ira même jusqu’à prêter main forte au metteur en scène, en prenant place derrière une des six caméras qui immortalise la spectaculaire scène de la bataille finale.

Décrit par Jean-Baptiste Thoret comme « l’homme du malentendu », Michael Cimino est le grand incompris du Nouvel Hollywood. Pour comprendre sa maestria, il faut prendre le temps de revoir La Porte du Paradis et de s’émerveiller devant ce mélodrame au charme inégalable.

  • La Porte du Paradis, de Michael Cimino, avec Kris Kristofferson, Christopher Walken et Isabelle Huppert. Édition collector version longue restaurée, Carlotta
Imprimer cet article Imprimer cet article

Commentaires

Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097
Lire les articles précédents :
966_tolstoi_440x260
Tolstoï en face à face

Alors que La Sorbonne a consacré une journée à Tolstoï au début du mois, et que le cinéma Le Balzac vient...

Fermer