puce cinemaFilms

Une vie cachée, biopic contemplatif à la Malick

« Pour vivre heureux, vivons cachés ». Si cette devise semble faite pour Terrence Malick tant ses apparitions sont rares, elle s’applique en réalité au couple de paysans au cœur de son dernier film. Vivant une existence paisible dans un hameau autrichien reculé, Franz et Fani Jägerstätter voient leur existence bouleversée par la Seconde Guerre mondiale. À la fois universelle et singulière, leur histoire est celle d’un homme qui refuse l’asservissement à une idéologie qu’il désapprouve, et d’une épouse qui demeure à ses côtés. Une histoire vraie, magnifiée par le style Malick.

une vie cachée afficheCinéaste du mystère, Terrence Malick aime interroger les fondements de notre existence à travers ses films. Consacré par The Tree Of Life en 2010, le réalisateur au Stetson concourt à une nouvelle Palme d’or avec ce neuvième long métrage. Une fiction intimiste aux accents de réel, comme c’était le cas du Nouveau monde. Histoire d’amour autant que film historique, Une vie cachée ne souffre pas de sa durée de 2h53 et emporte le spectateur dans un tourbillon émotionnel de chaque instant. Le brio du cinéaste permet au public de se familiarise avec des personnages pourtant aussi éloignés de lui en termes d’époque et d’environnement.

 

 

Contemplatif et prégnant

Dotant son tandem de protagonistes d’une bienveillance qui guide tout le propos, Terrence Malick signe une œuvre humaniste, dans laquelle ses fidèles retrouveront les ressorts d’une réalisation qui a fait ses preuves. Privilégiant, comme de coutume, le très grand angle pour capturer les scènes de liesse de contemplation de la nature, l’Américain use aussi de plans séquences saisissants. Douce lumière, décors naturalistes, tournage à dominance en extérieur : ses leitmotive de Malick sont bien là. Saluons, enfin, les envolées instrumentales qu’on croirait sorties d’une publicité, que d’aucuns pourraient critiquer si elles n’étaient pas si redoutablement efficaces pour donner de la profondeur au film.

 

La finesse de l’interprétation

Incarnant le héros solitaire avec panache, August Diehl donne vie à un destin méconnu qu’on suit en retenant son souffle. La petite histoire qui fait écho à la grande est un ressort éprouvé du septième art. Pour autant, le jeu tout en subtilité rend cette histoire unique. On regrettera simplement que Malick fasse s’exprimer son casting germanophone en anglais, exception faite de certaines scènes. Notons à ce sujet, que les scènes où les personnages parlent allemand sont celles qui versent dans la violence.

Le fameux mystère malickien naît aussi de sa judicieuse pratique du hors-champ. En effet, en plus d’utiliser le hors-champ dans sa veine principale en positionnant sa caméra hors de l’action pour ne capturer qu’un son ou une répliques, le cinéaste s’en sert aussi dans son montage. Ainsi, les séquences donnent souvent l’impression d’être prises sur le vif et les dialogues sont entrecoupés à desseins afin que ces interruptions produisent le rythme si singulier de Malick.

Une vie cachée, de Terrence Malick, avec August Diehl, Valerie Pachner, Matthias Schoenaerts et Maria Simon. Sortie en salles inconnue.

Présenté au 72e Festival de Cannes en Compétition.

 

Imprimer cet article Imprimer cet article

Commentaires

Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097
Lire les articles précédents :
Zombi Child - 3
Zombi Child : le rapt des âmes

Avec Zombi Child, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs, Bertrand Bonello compose un poème-mystère, troublant et vénéneux, où la cosmogonie...

Fermer