Vingt-quatre heures de la vie d’une femme

Stefan Zweig ( 1844 - 1924)

Stefan Zweig ( 1881 – 1942)

Près de 70 ans après son suicide, Stefan Zweig continue de plaire aux lecteurs comme aux metteurs en scène. Les récits du “Pepsi de la littérature autrichienne” n’en finissent pas de hanter les planches et d’être réédités. Vingt-quatre heures de la vie d’une femme est ainsi cet été à l’honneur au Lucernaire. L’occasion d’un retour sur cette oeuvre culte. 

«La littérature n’est pas la vie, mais un moyen d’exaltation de la vie, un moyen d’en saisir le drame d’une façon plus claire et plus intelligible. »

1927

1927

Saisir le drame de la vie. Il semble  que  l’œuvre de l’écrivain autrichien soit orientée vers ce but. Comprendre les rouages mystérieux et les instincts enfouis qui font se mouvoir les êtres. Saisir l’essence de ces sentiments endormis, de ces pulsions obscures et incontrôlables qui au détour d’une rencontre fortuite, d’un hasard malheureux, se réveillent soudain pour exploser comme un volcan en éruption.

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme en est l’illustration parfaite. Tout commence en effet dans une pension « comme il faut » de la Riviera, où la très respectable madame Henriette, mère de deux enfants, s’enfuit du jour au lendemain avec un jeune homme distingué qu’elle vient à peine de rencontrer, sans donner aucune explications.

C’est en apprenant l’événement que Mrs C décide de se confier au narrateur: et voilà qu’elle lui narre son histoire, celle d’une passion qui n’aura pas duré plus de vingt quatre heures. Vingt quatre petites heures de la vie d’une femme, mais qui balayent en intensité le reste d’une existence tiède, fade, endormie. L’existence sans remous d’une femme de la gentry occupée seulement de l’éducation de ses enfants et du confort de son mari, jusqu’à la mort de ce dernier.

Car c’est pendant son veuvage que Madame C fait cette étrange rencontre d’un joueur de Casino au bord du suicide, mangé par la folie du jeu. Et c’est pour lui que celle-ci, possédée par la vitalité du jeune homme, décide en une journée de mettre sa vie en balance: famille et respectabilité sociale ou passion condamnable? Tel est le dilemme qui se joue dans ce court roman et qui oppose la force de l’instinct, sentimental ou pulsionnel, à la norme sociale.

Et justement, ce qui rend 24 heures particulièrement remarquable, c’est la capacité de son auteur à décrire l’impossibilité de la nature humaine à résister aux “puissances démoniaques” qui sont enfouies sous elle, malgré les efforts que celle-ci déploie en permanence pour les brider, afin de répondre aux conventions sociales.

Et sans doute rien n’est plus réussi dans ce roman que le tableau du remous de ces forces instinctives, qui sans cesse viennent s’écraser sur le récif de nos convictions raisonnées, jusqu’à les faire exploser brutalement.

Éloigné pendant 20 ans, comme je l’avais été, de toutes les puissances démoniaques de l’existence, je n’aurais jamais compris la manière grandiose et fantastique dont parfois la nature concentre dans quelques souffles rapides tout ce qu’il y a en elle de chaleur et de glace, de vie et de mort, de ravissement et de désespérance. Et cette nuit fut tellement remplie de lutte et de paroles, de passion, de colère et de haine,de larmes de supplication, d’ivresse qu’elle me parut durer mille ans et que nous, ces deux êtres humains qui chancelaient enlacés vers le fond de l’abîme, l’un enragé de mourir, l’autre en toute innocence, nous sortîmes complètement transformés de ce tumulte mortel, différents, entièrement changés, avec un autre esprit et une autre sensibilité.

Sébastien Reynaud

Imprimer cet article Imprimer cet article

Commentaires

Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097
Lire les articles précédents :
Un roman français, Frédéric Beigbeder, 2009
Un Roman Français, Fréderic Beigbeder, 2009

Zone Critique revient sur le dernier roman de Frédéric Beigbeder, Un roman français. André Gide disait dans Les Faux-Monnayeurs :...

Fermer