puce litteratureLivres

Croisière sur le vif

 

21729445_1633968900010509_1900165090_n

Une croisière rythmée, un récit acéré, des notes prises sur le vif ; il n’en fallait pas plus à Claire Fourier pour aboutir à Radieuse. Entre un hommage à Melville et une réflexion douce-amère sur le voyage, un livre solaire ! 

41M1YK99egL._SX195_Claire Fourier avec ce récit d’une croisière en Adriatique (gagnée suite à un prix littéraire – prix de la ville de Vannes 2012 pour Les silences de la guerre (éd. Dialogues)) s’affirme comme l’une de nos plumes féminines françaises de premier plan. Pourquoi ? Parce que son principe de délicatesse est de tout dire (mettant ainsi sa peau sur la table), et ce depuis son premier livre publié, Métro ciel, suivi de Vague conjugale (1996). Avec une égale attention aux êtres et au monde extérieur, avec une constante délicatesse (quand le mépris automatique est l’apanage des esprits vulgaires), Claire Fourier dit tout ce qu’elle voit (son premier exergue, emprunté à Melville (Moby Dick est son livre préféré), est : « Voir le monde ! ») : Livre Socialisme ! (La comparaison avec Film Socialisme de Jean-Luc Godard, qui « racontait » également une croisière en Méditerranée, s’arrête là puisque le cinéaste n’y descendait pas à terre, alors que tout le prix de ce livre-ci est le récit de ses escales (à Venise, Split, Dubrovnik, Hvar, etc.).)

Claire Fourier, comme James Joyce, n’a aucune imagination, mais elle note tout

Ça commence comme ça : « Je serai ultrafidèle à mes impressions ; minutieuse, ne dirai rien que je n’aie ressenti, vu avec les yeux de l’âme. » L’auteure n’avait pas très envie de partir mais elle savait tout de même que « le prix du voyage loge dans son souvenir ». Aussi, c’est équipée d’un petit carnet (très important, le « petit carnet », pour l’écrivain : il permet de noter sur le vif – « sans eux, impossible d’aller au cœur des choses » – voir chez Jean-Jacques Schuhl) qu’elle s’est embarquée, « en vue d’effeuiller la marguerite » dudit souvenir. Elle a tout noté, ses impressions (toujours nouvelles) de soleil levant etc. « Mon appareil photo, c’est ma plume. » Ça se termine ainsi : « Pour comprendre l’Adriatique, il faut s’attarder dans les églises et les couvents. » Ce Radieuse (qui qualifie entre autres l’une des guides qui apparaissent dans ce livre, Iljana) est la peinture minutieuse de ces églises et couvents de Croatie. Claire Fourier, comme James Joyce, n’a aucune imagination, mais elle note tout : elle croit aux rapprochements heureux, aux épiphanies du réel et à la sérendipité : ici une vendeuse de lavande « d’une race antique », Stela ; là une « belle fille brune » qui « vient laver un bénitier » dans la cathédrale Saint-Jacques de Šibenik – « servante du seigneur ». L’exercice a été profitable, Madame ! puisqu’en terminant votre livre on a envie de faire une telle croisière. Et pourtant, ce n’était pas gagné, puisqu’avant le départ sur « l’élégant et long poisson noir » des croisières du Ponant (autre différence avec Film Socialisme qui s’embarquait sur une horrible baleine du tourisme de masse) Claire Fourier n’avait pas très envie de partir. Ce qui l’a sauvée (et ce livre avec), c’est le savoir que « le prix du voyage loge dans le souvenir » ; tout le prix de ce Radieuse logeant dans son écriture ciselée et sensuelle, comme ici : « Six heures du matin. Au large, le soleil levant jette par brassées des pièces d’or sur la mer encore noire. » Ou bien : « Accoudée au bastingage, je vois la mer s’ouvrir et baver blanc. » C’est la mer Adriatique allée avec le soleil levant, lui-même allé avec Claire Fourier pour la pénétrer de sa chaleur. « C’est tellement beau » !

« On sait bien que le bonheur du voyage est rétrospectif […] Il est triste de voyager, mais il est bon d’avoir voyagé » : comme quoi, tout, tout au monde est fait pour aboutir à un beau livre – témoin, ce Radieuse qui n’a pas de prix.

 

  • Radieuse — Une croisière en Adriatique, Claire FourierLa Différence, 224 p, 17€

 

Guillaume Basquin

Imprimer cet article Imprimer cet article

Commentaires

Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097
Lire les articles précédents :
CHRIST 1 001-1
Une question à Philippe Jaffeux

On en dira toujours trop sur la vie des écrivains et artistes, alors qu'il est assez rare qu'ils aient été...

Fermer