Du jazz à la littérature

received_2061990007199031

Ce vendredi, Zone Critique fête ses six ans d’existence autour d’une soirée “jazz et littérature”. Cette soirée d’anniversaire est aussi pour nous l’occasion d’inaugurer un cycle d’événements qui se tiendra tout au long de l’année, au sein du tripot artistique L’Eurydice, nouvellement ouvert rue du Cardinal Lemoine, à Paris. Tous les deux mois, Zone Critique invitera des artistes d’horizons divers à venir se produire sur la scène de L’Eurydice. Vendredi, quatre musiciens (qui forment le “Tessier Quartet”), et un comédien (qui nous lira des textes de Jean-Baptiste Del Amo, Yannick Haenel, Fiston Mwanza Mujila, et un poème d’Apollinaire) ouvriront le bal. Avant de les découvrir en actes, Zone Critique vous les présente en mots et en images.

VINCENT COUESME

Formé et diplômé au conservatoire du 7arr. de Paris, Vincent Couesme débute sa carrière de comédien avec le collectif “Bacchantes the road”, groupe avec lequel il travaille en tant que comedien-musicien pour le spectacle Hommage à un ami disparu et autres histoires, et donne quelques concerts écrits par ce même collectif. Vincent Couesme est aussi membre du “Castor Collectif” dont l’objectif et de faire du théâtre social et politique en ayant recours à des outils empruntés au genre documentaire et aux méthodes de l’éducation populaire. À deux reprises il joue pour la metteuse en scène Nelly Fantoni dans la pièce de Julio  Cortazar Rien pour pehuajo, puis dans l’adaptation du roman d’Arturo Perez Reverte Le peintre de batailles. Parallèlement à son activité pratique, il s’intéresse vivement à la question des processus de création collective et à publié un mémoire à ce sujet. Enfin Vincent Couesme prête sa voix à de nombreuses lectures, de poésie de théâtre ou de roman, ainsi que de ses productions personnelles.

LE TESSIER QUARTET

ARIEL TESSIER

photo Ariel Tessier

Un apprentissage précoce de la batterie et des études de percussions classiques au conservatoire de Pau amènent Ariel Tessier à l’obtention d’un prix de percussions classiques, décerné à l’unanimité en mai 2007. Fort de ces dix années d’expérience, Ariel décide d’approfondir l’étude de la batterie jazz. Dès lors, passionné par cette musique, il parfait son apprentissage grâce aux cours de Georges Paczynski et se consacre à temps plein à la musique en suivant les cours de la classe jazz du CRR de Paris puis du CNSM dirigé par Riccardo Del Fra dont il sort diplômé en juin 2013. Musicien très actif sur la scène parisienne, il se produit régulièrement en France et à l’étranger au sein de nombreuses formations issues principalement de la jeune génération de jazzmen actuels, mais aussi avec des musiciens de renom tels que le contrebassiste Riccardo Del Fra, le saxophoniste Pierrick Pedron. Il a eu également la chance de pouvoir jouer avec certains grands jazzmen américains comme Eddie Gomez, Dave Liebman, Glenn Ferris et Wynton Marsalis. Il est lauréat de plusieurs concours nationaux dont les « Tremplins du Sunside » (1er prix de soliste) en septembre 2011, et « Jazz à la Défense » (2ème et 1er prix d’instrumentiste respectivement en juin 2011 et 2012). Il est également lauréat du dispositif « Jazz Migration » en 2016 et 2018 respectivement avec les groupe Pj5 du guitariste Paul Jarret et House of Echo du pianiste Enzo Carniel.

SAMUEL TESSIER

Samuel Tessier, originaire du Sud Ouest, a suivi ses premiers cours de guitare à l’adolescence avant d’intégrer la classe Jazz de Pierre Perchaud au Centre des Musique Didier Lockwood. Il suit l’enseignement de musiciens de renommées internationales tel que Gilad Ekselman, Ari Hoenig , Walter Smith ou Romain Pilon. Son univers musical est très éclectique tout en gardant un profond ancrage dans la culture Jazz. Il se produit régulièrement dans des clubs de Jazz parisiens (Sunset, Baiser Salé, 38 Riv’, Petit Journal Montparnasse) et à l’étranger sous différentes formations ( Marsalis, Brown Sugar, Sappho à Taiwan) et dans divers festival ( Tonnerre de Jazz à Pau, Lueurs du Temps à Provins …)”

GABRIEL MIDON

Né en 1979 à Nancy, Gabriel est un musicien actif depuis une dizaine d’années. Après des études de piano classique au conservatoire de Nancy, il obtient un 1er prix de piano jazz au conservatoire de Strasbourg, où il perfectionne son jeu sous la houlette de Benjamin Moussay et Stephan Oliva. C’est un lieu de collaborations avec divers artistes : Jean-Marc Robin, Franck Wolff, Biréli Lagrène, Bruno Chevillon, Tété, Eddy Lagooyatsh…Multi-instrumentiste, il joue aussi de la contrebasse et du saxophone, ce qui lui ouvre de nouvelles perspectives et une connaissance plus approfondie de la musique. Il bénéficie de l’intervention de nombreux musiciens qui l’aide dans sa recherche de perfection, avec Yaron Herman, François Raulin, Olivier Hutman. Et aussi avec Hein Van de Geyn, Daryl Hall, Marc Johnson pour la contrebasse et Philippe Geiss pour le saxophone. Il participe à des créations de projets artistiques comme IXO (Tocar! 2007), Dragon’s Monk (La crise des odonates, 2008), Zilhom (Les Contes de l’Abribus 2009), Gabriel Midon Trio (2010)…

PIERRE BERNIER

En Bretagne, Pierre Bernier grandit dans un environnement musical varié. Il apprend d’abord le piano, puis la contrebasse et la basse électrique et enfin le saxophone. Il étudie dans les classes de jazz et de saxophone du conservatoire de Saint-Brieuc (22) pendant deux ans, puis intègre la classe de jazz du CRR de Paris dont il obtient le DEM en 2011. C’est l’occasion de multiplier les rencontres avec des musiciens venus de divers    horizons    et    de   fonder   plusieurs groupes. Il poursuit ses études au sein du Pôle Supérieur de Paris-Boulogne et obtient le DNSPM en 2014. Actuellement, il joue dans diverses formations dont l’OJJB de Franck Tortiller, Vincent Verger Quintet, ou encore SERRAD avec Juliette Serrad.

L’EURYDICE

 

received_261758474694921

L’Eurydice, plus vieux Cabaret de Paris, fondé en 1589 par Philippe Desportes à la mort du Très-Chrétien Roi Henri III, est le carrefour de tous les arts. Paradant dans le Quartier Latin, dans les fossés-Saint-Victor, près de l’ancienne porte Bordelle, L’Eurydice étonne, ravit, déconcerte. Louis Bance, le plus grand poète de France, y officie tous les jours, réunissant tous les plus grands artistes de la Nation, philosophes, hommes de lettres, journalistes, peintres, artistes et musiciens. Café littéraire par excellence, et possédant son journal, L’Eurydice est peut-être le Temple de toutes les Muses, avec sa carte atypique et de boissons méconnues ou inconnues, mais toujours superbes.

Imprimer cet article Imprimer cet article

Commentaires

Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097
Lire les articles précédents :
(© Le Point)
“Le théâtre est un lieu où s’épanouit la fantaisie”

Critique redoutable et redouté qui a fait trembler le Tout-Paris littéraire mais également romancier à la langue musicale et d’une...

Fermer