Guillaume Pinaut

Guillaume Pinaut

La littérature comme au-delà des jours, art le plus fragile car le plus humain, le seul dont la nature soit absolument vierge. Tentative de sauver des êtres « mystérieusement occupés d’exister ». Faillite apparente. Prendre le désespoir par les cornes. Entrevoir l’humour et la joie derrière le tragique. Se souvenir de spectacle infiniment émouvant d’une beauté qui s’incarne : Malte Laurids Brigge se perd dans les méandres de La Dame à la licorne, le passé d’A.O. Barnabooth jaillit des eaux de l’Arno, le capitaine Charles Ryder connaît son épiphanie dans un château hanté… Humblement se glisser entre les pages pour en recueillir quelque grâce comme les abeilles de Delphes puisaient une eau transparente à la source sacrée.

Pour nous suivre

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram
Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097