Vingt-quatre heures de la vie d’une femme

Près de 70 ans après son suicide, Stefan Zweig continue de plaire aux lecteurs comme aux metteurs en scène. Les récits du « Pepsi de la littérature autrichienne » n’en finissent pas de hanter les planches et d’être réédités. Vingt-quatre heures de la vie d’une femme est ainsi cet été à l’honneur au Lucernaire.… Lire la suite

Pour nous suivre

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram
Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097