On est très sérieux quand on a onze ans

Le théâtre de la Ville continue à se réinventer pour les spectateurs privés de sortie : ici les spectacles programmés en novembre sont filmés et retransmis gratuitement en direct. Zone Critique expérimente ce nouveau mode de partage – même si comme le rappelle le directeur Emmanuel Demarcy-Mota en guise d’introduction, rien ne saurait remplacer le spectacle vivant.

 

Trop

C’est un début de saga théâtrale : J’ai trop d’amis fait suite à J’ai trop peur. Le premier volet racontait les vacances d’été d’un jeune garçon, gâchées par l’angoisse de l’entrée en 6e ; il était tout naturel, comme nous le raconte l’auteur David Lescot avant la transmission, qu’on lui réclame la suite ! Le petit héros est bien entré au collège, et rien ne lui est épargné : séparé de tous ses copains de CM2, il est élu délégué de force et doit se coltiner un voisin morveux un peu « débile », des cours de maths évidemment ennuyeux à mourir et la honte de ne pas avoir de portable.

David Lescot s’inscrit dans la veine réjouissante des spectacles « jeunesse », en réalité tout public, qui font florès dans la création théâtrale actuelle : des histoires de jeunes gens qui grandissent, avec des textes malins et sensibles, sans enfantillage. Comme il le souligne lui-même, l’enjeu pour ces spectacles jeune public, « c’est une affaire de langage. Comment parle-t-on à dix ans et demi ? Et comment pense-t-on, par conséquent ? […] L’essentiel du travail d’écriture a consisté à inventer à chacun sa langue, donc sa pensée ».

L’essentiel du travail d’écriture a consisté à inventer à chacun sa langue, donc sa pensée.

Des préados dans des corps de jeunes femmes

Comme chez Pommerat dans Contes et légendes, de jeunes actrices hyper douées endossent le rôle de garçons de 11 ans, avec perruques de cheveux courts et dégaines de préados en sweat à capuche. Tout y est, avec une précision des gestes et de la voix très efficace : enthousiasmes et désespoirs soudains, gaucherie stratosphérique, sens aigu du drama permanents. On ne se souvient plus à quel point la vie peut être difficile à 11 ans. C’est aussi que tout y est si important ! David Lescot, au texte et à la mise en scène, dirige très joliment trois comédiennes vives et touchantes, qui défendent les hauts et bas de la vie collégienne avec engagement et virtuosité.

Derrière le corps maladroit empêtré dans des problèmes insurmontables – comment survivre dans une classe de 6e sans mes copains de CM2 ? Comment être populaire ? Que faire à mon premier rendez-vous avec Marguerite ? – une poésie infinie nous prend par surprise dans certains moments de grâce, où l’on voit pointer la lumière du petit homme en gestation… On aurait envie de lui dire que tout ira bien, qu’il est déjà un type génial.

La petite scène

A onze ans le monde peut se réduire au trajet entre maison et collège et être encore le monde

Dans un dispositif scénique ingénieux, et très adapté à la projection en direct, les comédiennes évoluent comme dans J’ai trop peur sur une petite scène rectangulaire modulable qui est à la fois podium, salle de classe, banc de cour de récréation… A onze ans le monde peut se réduire au trajet entre maison et collège et être encore le monde, la grande ou petite scène sur laquelle se jouent déjà les trahisons, les espoirs, les victoires. On y grimpe pour se provoquer, on en saute négligemment pour se jeter dans le grand bain, on y roule son corps d’ado inquiet, et finalement on y salue la salle vide du Théâtre de la Ville remplie de fantômes de spectateurs cachés derrière leurs écrans. Ici on a applaudi très fort, même si c’était un peu ridicule, au milieu du salon.

Était-ce la mélancolie du streaming, pire que le ciel trop clair après le cinéma ? Il n’empêche que le sentiment de rester sur sa faim est demeuré tenace après la transmission. Le format jeune public n’offre sans doute pas assez à manger aux « grands » qui préfèrent les longues histoires. On a trop faim, on est trop loin, mais on a trop hâte aussi de retrouver le frisson de la salle pour rêver à nouveau qu’on a onze ans, sans arrière-pensée – si tu m’crois pas, hé, tar’ ta gueule à la récré… 

 

Le spectacle sera à nouveau retransmis en direct sur le site du Théâtre de la Ville :

  • Vendredi 13 novembre, à 18h
  • Samedi 14 novembre, à 17h

Ariane Issartel

Imprimer cet article Imprimer cet article

Commentaires

Pour nous suivre

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram
Copyright © 2013 Zone Critique. Tous droits réservés. ISSN 2430-3097
Lire les articles précédents :
Confinement : Zone Critique se réinvente

Dès demain Zone Critique se réinvente, et vous propose de nouvelles rubriques pour continuer à faire vivre la culture pendant...

Fermer