Essais

Zone Critique à l’Université du Sur-Sault

©Blaise Marchandeau

Cet été, une Université présentée comme « autonome et ouverte » a été inaugurée. Dans son invitation, on pouvait lire :« Une Université ouverte est en train de naître. Nous l’appelons Université du Prieuré ou Université de Saint-Benoît du Sault ; parfois, poétiquement, certain.es la nomment : Université du Sur Sault. Son lieu : un prieuré médiéval de plus de mille ans. Son site : l’ancien village bénédictin de Salis, aujourd’hui Saint-Benoît du Sault (Indre). Son cadre : un promontoire surplombant une vallée où ruisselle et s’étale l’étang du Portefeuille. Les universités urbaines des grandes villes étouffent. Nous avons besoin d’une halte ou d’un refuge. L’Université du Sur Sault, en préservant l’autonomie du Prieuré où elle se trouve – un tiers-lieu en partage avec les communes sur un territoire ouvert – naît de ce besoin qui couve sous les Savoirs. Nous la désirons hospitalière, studieuse et accueillante. »

Certains contributeurs de Zone Critique (Pierre Poligone, Blaise Marchandeau) ont participé aux premiers tests. Ce lieu décentré des villes et relié aux formes diverses d’autonomies savantes des régions est un nouvel espace de savoirs et de cultures vivantes, dont la lente maturation promet un nouvel air pour des recherches autonomes et des élaborations philosophiques, scientifiques, critiques et littéraires – le tout hors du poids pesant des institutions.

La création et la recherche n’ont pas besoin d’un bâti majestueux ; elles ont besoins de liens effectifs. Mais ces liens ne se constituent jamais, ou difficilement, sans le lieu où, justement, les liens ont lieu. Les axes de l’Université sont en voie de construction.

Contactez-nous  : universite.sbs@gmail.com !

***

En attendant, Zone Critique publie et partage les enregistrements, les toutes premières « archives » audiovisuelles de ce jeune axolotl en gestation. À voir donc ici :

 

Axe 1 – Poème  Comment vivre dans l’équivoque ?

 

  • L’écriture entre poison et remède: Vincent La Soudière, un naufragé du langage.

Cette intervention de Pierre Poligone vise à présenter la trajectoire de Vincent La Soudière, écrivain méconnu qui n’a cessé de chercher dans l’écriture un remède à ses souffrances. À partir de son exemple, on pourra réfléchir sur la question de l’écriture comme pharmakon, à la fois poison et remède.

  • Qu’est-ce que le Midrash par Pit

Un Midrash est une lecture collective pour des interprétations multiples et antagonistes. Il s’agit d’une méthode consistant à radicaliser des interprétations parfois excessives ou invraisemblables pour s’éloigner du sens premier des textes et en découvrir, peut-être, le sens profondément caché.

Axe 2 – Théorème De quoi le monde est-il fait ?

  • Sciences et techniques à l’heure des crises existentielles : panorama, dynamiques et plaidoyer pour une université ouverte par Emmanuel Ferrand

Je souhaite évoquer la place de sciences « de la nature » (dans lesquelles j’inclue abusivement les mathématiques, ma spécialité initiale) dans le contexte d’un monde qui fait face à une multiplicité de crises systémiques (climat, environnement, …). Plus que jamais, le social et le politique sont inextricablement liés à la dynamique des techniques. Je proposerai un rapide panorama des différentes options défendues ici ou là au sein ou en marge des institutions, et j’essayerai au passage de justifier la nécessité de construire, dans ces domaines-là aussi, une université du Sur-Sault. Une science modeste et consciente de ses limites est-elle possible ? C’est une proposition qui pourra faire l’objet d’un atelier, en envisageant empiriquement diverses pratiques et tentatives passées ou présentes.

  • Empirisme et intelligence artificielle par Clément Moutet

L’intelligence artificielle vise, par définition, à automatiser l’intelligence. Afin de mieux en comprendre les implications, cette conférence présentera des réflexions qui ont été faites par différents auteurs sur l’automatisation et sur l’intelligence pour ensuite les appliquer à la pratique technique de cette discipline.

  • L’accélération, le comportement humain et le monde post-factuel par Youssef El Baba

Une argumentation solide montrera que l’accélération systémique que nous vivons, couplée aux limites de la capacité humaine à gérer la complexité et à s’y adapter, aboutie non-seulement à des sentiments d’impuissance et à des phénomènes d’aliénation, mais aussi inéluctablement à un monde post-factuel et désorienté. Des exemples historiques bien-connus, mais aussi des thèmes contemporains, indiquent que les résultats de ce meilleur des mondes ne sont autres que l’extrémisme politique, les atteintes généralisées aux libertés, et éventuellement les crimes contre l’humanité.

Axe 3 – Stratagème Comment s’en sortir ?

  • Discussion sur le tarot et le patriarcat avec Judith et Emmy

Nous avons examiné les cartes du tarot divinatoire à l’aune de théories féministes. Nous avons étudié les symboles, les figures et l’ensemble narratif et esthétique que constitue le tarot. Nous voulons ouvrir une discussion avec vous sur le tarot, son interprétation, son tirage, à partir du cheminement que nous avons déjà effectué.

  • Qu’est-ce qu’un stratagème onirique ? par Blaise Marchandeau-Berreby

Lecture d’une réflexion sur le champ de bataille de nos rêves ; précédé d’une comparaison entre poème, théorème et stratagème. Et si l’inconscient faisait la guerre à la conscience comme les Aristocrates déchus font la guerre à la Bourgeoisie triomphante ? Il s’agit de raconter cette histoire à partir de Freud.

 

  • La prochaine session aura lieu en octobre et en novembre. On vous attend nombreux !
Imprimer cet article Imprimer cet article

Commentaires

© 2021 Zone Critique
Facebook Zone Critique Instagram Zone Critique
Lire les articles précédents :
Serre moi fort : The Leftovers

Après Tournée (2010), La Chambre bleu (2014), et Barbara (2017), Mathieu Amalric prolonge dans Serre moi fort, présenté au festival...

Fermer