Bianu : d’IcarOrphée ou le poète dépensier

Longue est l’oeuvre de Bianu, depuis le début des années 1970. Zone Critique revient aujourd’hui sur le dernier recueil du poète, aux éditions Gallimard, où ce dernier déploie une série de strophes lumineuses – solaires : Pierrot solaire. Envers-lumière du fameux Pierrot lunaire, le poète chez Bianu s’échappe du symbolisme belge – celui de l’auteur du Pierrot lunaire, Albert Giraud – et du personnage de théâtre pour donner naissance à un Pierrot orphique et icarien, ni tout à fait les deux, ni tout à fait autre mais toujours à l’aube de la parole : « petit-fils d’Icare et d’Orphée j’ai été pour dire toutes les merveilles » Pour un Pierrot orphique Le chant du Pierrot chez Bianu est d’un lyrisme sensible et sensuel,  « s’accorder à la justesse sensible au plus turbulent de l’inattendu   émettre en souffle continu » La parole poétique puise dans la traduction nocturne du chant, épiphanie d’une vision du poète et d’une transmission même de ce sursaut du visible.… Lire la suite
© 2022 Zone Critique
Facebook Zone Critique Instagram Zone Critique YouTube Zone Critique