Dystopie et délire anthropomorphique : l’étrange prophétie de la Munstrum compagnie

(c) Jean-Louis Fernandez

Le Théâtre du Monfort présente ce mois-ci le nouvel ovni de la Munstrum compagnie, Zypher Z. Une dystopie drôle et effrayante qui met en scène un monde futuriste où les animaux ont pris le pouvoir et dans lequel les représentants de l’espèce humaine s’avèrent peu nombreux. Zypher, employé d’une entreprise de sondages dirigée par Églantine, l’éléphante tyrannique, est l’un d’entre-eux. Il voit sa vie basculer lorsqu’un bubon apparaît sur son épaule et donne naissance à un double qui n’est ni son fils, ni son frère. À travers le jeu des masques et une esthétique habilement réalisée, la Munstrum nous offre leur vision d’un futur peu réjouissant et insistent de facto sur la nécessité immédiate d’en prendre collectivement conscience.

Le théâtre et son double

L’idée du théâtre et son double renvoie indubitablement à la série d’essais réalisée par Antonin Artaud dans laquelle il écrit : « L’action du théâtre comme celle de la peste est bienfaisante, car poussant les hommes à se voir tels qu’ils sont, elle fait tomber les masques, elle découvre le mensonge, la veulerie, la bassesse, la tartufferie ». Ici, le double est physiquement incarné par Z qui naît à partir du corps de Zypher. Alors que ce dernier est timoré et peine à imposer son projet sur l’égalité des espèces, Z représente l’extrême opposé, libre dans ses paroles et dans ses actes. Il touchera, par exemple, la trompe de la tyrannique éléphante sans se préoccuper des conséquences auxquelles il s’expose ou encore s’amusera à renvoyer chaque espèce à ses instincts primaires… Un double libérateur, effronté, qui deviendra rapidement un double monstrueux et démoniaque prêt à toutes les vilenies pour reprendre le pouvoir sur le monde.

Z invite le spectateur, à l’instar de Zypher, à accepter le multiple qui réside en lui

Le double, qui est à la fois l’autre et le même, oblige Zypher à prendre conscience des forces obscures de son inconscient. Motif kafkaïen par excellence, le double plonge l’autre dans ses retranchements et rend possible ce qui semblait initialement ne pas l’être. Ainsi, Z invite le spectateur, à l’instar de Zypher, à accepter le multiple qui réside en lui et, de fait, la liberté permise par celui-ci. La liberté est le mot d’ordre de la pièce, le projet contenu dans le dossier de Zypher, mais cette liberté n’a de sens que si elle est maîtrisée et ne conduit pas au renversement des autres au profit de l’individualisme et du repli sur soi. Zypher Z se présente donc comme une dystopie déstabilisante, mais qui n’est pas pour autant dénuée d’espoir. Elle invite, par le rire, à interroger le présent de l’humanité afin d’en inventer le futur, un autre futur possible.

Castigat ridendo mores : entre rire et avertissement

Il serait peut-être plus approprié de parler d’avertissement par le rire

Zypher Z est une pièce désopilante qui a eu pour effet de provoquer l’hilarité générale dans le public. Le comique est pris dans sa pluralité avec une dominance du comique de situation et de mots. Les étranges masques, réalisés par le metteur en scène Louis Arene et la talentueuse Carole Allemand, de même que les costumes, participent grandement à cet « effet comique » et à l’étrangeté paradoxale qui s’en dégage. La pièce se révèle singulière et déstabilisante par sa capacité à jouer avec les multiples pouvoirs du rire. Si comique il y a, ce dernier n’a pas pour unique vocation à faire rire. À l’image du théâtre de Molière, il y a toute une dimension symbolique en arrière-plan qui nécessite d’être creusée, approfondie. Au XVIIème siècle, on invoquait la devise « castigat ridendo mores » (corriger les mœurs par le rire) afin de décrire la fonction comique, mais dans le cas de Zypher Z il serait peut-être plus approprié de parler « d’avertissement par le rire ». Cette pièce s’attache à avertir et à prévenir les dérives nombreuses auxquelles l’être humain s’expose. On retrouve, par exemple, la thématique de la vie éternelle représentée par les robots et les vaines tentatives réalisées par l’homme afin de vaincre la mort. Les robots, petit peuple soumis aux puissants animaux, ont créé dans les latrines un espace où ils sont libres de jouer la mort qu’ils ne connaîtront jamais à travers divers shows qui convoquent notamment Shakespeare, Purcell ou encore Marguerite Duras. Une mort rêvée qui conduira le robot présentateur à supplier Dieu par téléphone d’exterminer son espèce lassée de vivre indéfiniment. Un comique qui s’avère donc tordant, mais également déstabilisant et définitivement interrogateur.

L’univers scénique de Zypher Z : une esthétique aboutie

La grande force de la mise en scène de Zypher Z repose sur son univers scénique. Les masques, les nombreux effets spéciaux, les jeux de lumière sont soigneusement orchestrés et permettent de transporter instantanément le spectateur dans une autre dimension, un autre réel qui rappelle l’univers cinématographique de David Cronenberg. Cette esthétique signature donne le ton de la pièce et rend possible la création de nombreux tableaux oniriques et sensoriels. Elle fait corps avec le texte co-écrit par Kevin Keiss et Louis Arene qui tend à disparaître à mesure que la pièce évolue. Il s’efface même totalement durant la dernière partie et laisse place à un théâtre du corps abstrait qui signale l’intrusion du spectateur dans l’espace mental troublé de Zypher.

La Munstrum Compagnie ne cesse de déstabiliser avec cette pièce ovni qui ne laisse pas indifférent

En jouant avec les extrêmes, alliant à la fois pureté technique et grotesque, la Munstrum Compagnie ne cesse de déstabiliser avec cette pièce ovni — inclassable — qui ne laisse pas indifférent. Il faut bien reconnaitre que les effets sont maîtrisés et provoquent la surprise générale. Avec peu d’éléments, le metteur en scène arrive à élaborer des ambiances singulières et épileptiques qui frappent. La performance des comédiens est également à souligner. Ils se démarquent, en effet, par leur faculté à incarner un grand nombre de personnages, mais également par la multiplication des techniques convoquées sur scène. Du théâtre traditionnel au cinéma en passant par les arts du cirque, il n’y a parfois qu’un pas à franchir.

  • Zypher Z, mise en scène de Louis Arene, du 03 au 19 février 2022 au Théâtre du Monfort, Paris
Imprimer cet article Imprimer cet article
© 2023 Zone Critique
Facebook Zone Critique Instagram Zone Critique YouTube Zone Critique